En coulisse – Le Raw enfin créatif

A l’heure de la photographie numérique, il est impératif pour moi de connaître les techniques photos les plus récentes. Ceci afin de proposer la meilleure qualité d’image possible à mes clients. Mais attention, connaitre la technique photo est une chose, l’utiliser sur le terrain sans que celle ci prenne le pas sur le plaisir de déclencher et de créer, en est une autre. C’est pourquoi, jusqu’à présent, j’utilisais assez peu le format “Raw”. Car bien qu’il soit meilleur du point de vue de la qualité (images plus pures et plus nuancées, pas de compression) celui ci était pour moi (comprenez pour beaucoup de photographes professionnels) trop contraignant à utiliser, trop long à traiter, trop couteux à stocker! Aujourd’hui j’ai décidé de franchir le cap et de passer au 100% “Raw”. Explications…

Des fichiers quatre fois plus lourds
Sans rentrer dans les détails techniques (Pour avoir plus d’info sur les format “Raw” et “Jpeg” je vous conseille l’excellente présentation du site virusphoto.com), il faut savoir que le format “Raw”, contrairement au format “Jpeg”, présente l’avantage de donner des photos “brut de capteur” sans traitement numérique superflu et surtout sans aucune compression de l’image. Le résultat est un gain de qualité conséquent avec le plaisir retrouvé, de pouvoir développer soi-même ses photos sur son ordinateur.

Vous vous demandez alors pourquoi, jusqu’à présent, je n’utilisais pas ou très peu ce format “magique” ? Parce qu’en contrepartie de ce gain de qualité, on se retrouve avec des fichiers numériques presque quatre fois plus lourds à traiter. (Une photo de 10 millions de pixel au format “Jpeg” pèse en moyenne 5mo, la même photo en “RAW” arrive facilement à 16mo) Ceci ne pose pas forcement de problème à quelqu’un qui fait de la photo pour ses loisirs (donc en règle générale peu d’images), mais pour un photographe professionnel qui réalise plusieurs milliers de photos par an ?

Un mariage à 40go !

Prenons simplement l’exemple concret d’un reportage Mariage ou je réalise en moyenne 1200 photos (Préparatifs, mairie, église, couple, invités, soirée). Cela donne environ 6go d’image en “Jpeg” (1200×5Mo) et près de 20go en “Raw” (1200×16Mo). Dès la prise de vue, il me faut déjà être équipé d’au minimum 20 go de carte mémoire ! Ensuite vient le problème du stockage et l’archivage, soit 20go d’espace disque multiplié minimum par…. deux !. Car un photographe prévoyant se veut de faire au moins une copie de sauvegarde de ses images. Multiplier encore le tout par le nombre de mariages, reportages et autre shoot fait en une année… on se retrouve vite avec une petite famille de disques dur de plusieurs “To” ! (1To = 1000go ) posé sur le bureau.

Enfin vient le délai de traitement. Chaque seconde de perdue à retoucher une photo, multipliée par des centaines d’images, se transforme vite en heures voir en jours passés devant son écran. Pour un photographe pro le temps est précieux, impossible donc de traiter un tel volume de fichiers sans un ordinateur musclé, équipé d’un bon logiciel de retouche et “d’editing” (Lightroom en ce qui me concerne.)

100% “Raw”

Cartes mémoire supplémentaires, disques dur de plusieurs “To”, ordinateur performant, logiciels… Vous comprenez mieux maintenant, ce qu’engendre pour un professionnel de travailler en RAW, du temps et des coûts de production bien trop élevés. Heureusement, l’évolution technologique, la baisse croissante des prix des supports de stockage, du matériel informatique (Un mac sinon rien, mon cher benoît) m’ont fait aujourd’hui sauter le pas.

En conclusion, tout vient à point à qui sait attendre. Le Format Raw est un outil fabuleux pour tout photographe qui se veut créatif et pointilleux quand à la qualité de ses images. Cependant celui ci est un bon exemple de ce qu’il ne faut pas forcement faire en photographie. C’est à dire se “jeter” sur les dernières technologies à la mode sans se poser les bonnes questions. Hier le format “Raw” était pour moi une contrainte, aujourd’hui je peux continuer à travailler mes images en toute liberté, avec un gain de qualité non négligeable, sans perte temps, sans coût de production plus élevé et donc le plus important… sans perte de créativité !

Ecrit par : Gérald Géronimi - Catégorie : Actualités En coulisse, Aucun commentaire sur En coulisse – Le Raw enfin créatif

Laisser un commentaire

Coordonnées

Gérald Géronimi
Photographe Professionnel
Lens, France
Siret : 812 480 937
Portable : 0664955378
Email: gerald@geraldgeronimi.com
Facebook Twitter LinkedIn Flickr Email Rss

Envoyez-moi un message !