En coulisse – La magie du Festival de Cannes

 

Quand on me demande quelles sont les qualités que doit avoir un photographe professionnel, je réponds souvent que la “Chance” en fait partie. Pour preuve, j’ai décidé de vous raconter mon court passage “Improvisé” au Festival de Cannes 2008.

Un 600 mm improvisé pour Indiana
Dimanche 19 mai, autoroute A8, je rentre d’une séance photo dans le sud de la France. A 18h30, l’autoradio branché sur France Info annonce que toute l’équipe du Film “Indiana Jones” s’apprête à monter les marches. Ayant couvert le festival pendant quelques années pour la presse, je ne résiste pas plus de quelques secondes à consulter mon GPS. La croisette, les marches et les paillettes sont à peine à 45 minutes… Je me dis qu’avec un peu de chance je serai sur la Croisette pour shooter Indiana Jones. 19h10, j’arrive tant bien que mal à Cannes, dépose en vitesse ma voiture dans le parking du Palais et surgis au milieu de la foule. 19h12, la musique d’Indiana Jones commence, je n’ai que quelques minutes pour réagir si je veux ramener la photo! Je me jette donc sur mon sac photo, sort mon vieux 20D, monte le doubleur, le 70-200 f2.8, enclenche une batterie et une carte mémoire. Harrison est déjà sur les marches va t’il résister à mon 600mm? Trop loin, trop de monde je ne le vois pas et commence à envier mes confrères accrédités au pied du tapis… Et puis finalement il apparaît de dos… tout en haut des marches va t’il se retourner ??? Yes ! Harrison Ford est dans la boite à 800iso au 500e/S. 19h30 tout est fini, la foule se disperse, une dame qui m’a vu faire vient vers moi et me demande si j’ai réussi à voir quelques choses, je lui montre la photo, elle n’en revient pas !

Trois Gorilles pour une belle Italienne.
Satisfait d’avoir réussi cette improbable photo, je décide de profiter de cette fin de journée cannoise, pour aller faire quelques photos d’ambiance sur la croisette. On ne sait jamais, je pourrai toujours croiser une star cachée dans un coin ! Pendant le Festival, c’est incroyable le nombre de photographe en tout genre que l’on croise, pas moins de un toutes les 10 secondes. Des pros en smoking, colliers d’accréd autour du coup, que l’on devine revenant des marches. Des filmeurs racoleurs, déguisés comme les pros, abordant subtilement les festivaliers en costume et robe de soirée. Des amateurs avertis à la recherche du moindre people… Enfin des pros, sans accred, déguisés en touriste, comme moi ! Arrivé à hauteur de l’Hôtel Carlton je croise le regard de “R.B.”, photographe people connu… Le temps d’un geste pour dire bonjour, il disparaît sous les tentes d’une des nombreuses “plages vip lounge privée” du festival… Je devine à son comportement qu’il n’a pas trop envie de voir la concurrence. Y aurait-il une star dans les parages?

Quant à moi impossible d’aller le rejoindre, trois gorilles en costume gardent l’entrée… Je m’apprête à passer mon chemin quand soudain j’entend crier : “Gérald… Gérald… ” Je me retourne et aperçois derrière les Gorilles un ami d’enfance, chargé d’accueillir les VIP de la soirée. Celui ci m’invite à descendre sur la plage pour boire un verre (Merci Cédric!). Me voici donc invité dans une “soirée cannoise”, mais toujours pas de star à l’horizon. Je croise de nouveau “R.B.”, en train de boire un verre. Surpris de me voir il est encore plus froid que toute à l’heure. Mon téléphone sonne, je m’isole dans un coin et dans ma conversation me fait légèrement bousculer par un groupe de personne. Je me retourne et croise le regard de… non ça ne peux pas être elle ? Si c’est elle… Monica bellucci, une des plus belles femmes de la planète vient de passer sous mes yeux. Je fais mine de rien, cache mon étonnement et la vois disparaître derrière un rideau, dans une pièce donnant sur la plage. Je ne réfléchis pas et décide de m’inviter discrètement. Je la retrouve assise sur un fauteuil blanc, dos à la mer, un micro à la main, en interview pour une chaine de TV.

Le temps de monter mon 70-200 j’arrive à shooter quelques photos. Bien sur, elle m’a repéré dès la première seconde ou l’on s’est croisé mais ne dis rien, elle me laisse faire, on est à Cannes tout de même ! L’interview terminée la belle Monica se dirige vers la Plage pour un shooting photo, plus ou moins improvisé avec un autre photographe. Toujours au culot, Je traverse le studio et me poste derrière eux à quelques mètres. J’ai juste le temps de faire encore quelques photos de la belle Monica quand un assistant me voit, s’énerve et appelle un vigile pour me faire dégager… de quoi à t’il peur ? Je ne suis qu’un simple touriste, juste là pour le plaisir de faire des photos. Je ne discute pas et retourne d’où je viens, passe devant “Mr RB” qui n’a pas changé de place, vais dire au revoir à mon ami, repasse au milieu des gorilles et me retrouve à nouveau sur la Croisette, au milieu des badauds, comme si rien ne s’était passé… Enivré par ce qui vient de m’arriver. Finalement, n’ai-je pas rêvé quelques minutes ? Je me précipite sur l’écran de mon boitier, Monica Belluci est bien là, plus belle que jamais…
Mon passage au festival de Cannes 2008 aura duré, en tout et pour tout, seulement 2 heures et quelques minutes…

Ecrit par : Gérald Géronimi - Catégorie : Actualités En coulisse, 3 commentaires sur En coulisse – La magie du Festival de Cannes

3 Commentaires

  1. 03-31-2014, 12:37 MilenaPREPLY

    Bravo ! Superbes clichés ! Belle récompense pour la patience et la passion. Merci !

  2. 11-03-2017, 9:23 EricREPLY

    Magnifique photos! I miss the festival!

Laisser un commentaire

Coordonnées

Gérald Géronimi
Photographe Professionnel
Lens, France
Siret : 812 480 937
Portable : 0664955378
Email: gerald@geraldgeronimi.com
Facebook Twitter LinkedIn Flickr Email Rss

Envoyez-moi un message !